Crimes et disparitions

Forum qui regroupe des informations sur les meurtres, tueurs en série, disparitions inquiétantes, ...
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Interview de Stephane bourgoin(Spécialiste des tueurs en série)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
nathi
Admin


Messages : 56
Date d'inscription : 11/01/2009

MessageSujet: Interview de Stephane bourgoin(Spécialiste des tueurs en série)   Jeu 15 Jan - 12:14



Une fois franchie la porte de la librairie Au Troisième oeil, le visiteur se trouve projeté dans l'univers inquiétant du roman noir.


L'espace est exigu. La lumière tamisée. Les rayonnages pleins de livres. Des polars, bien sûr. Dans une niche, un homme penché sur l'écran de son ordinateur se lève à votre approche. Remonte d'un geste décidé les lunettes sur son nez pour mieux vous percer de son regard bleu. Un peu chauve . La cinquantaine. Une voix douce. Une silhouette qui ne paye pas de mine.

Pourtant , vous vous trouvez en face du plus grand spécialiste des serial killers en France. Il n'est pas rare que la police sollicite sa collaboration officieuse sur des enquêtes concernant les tueurs en série.

Stéphane Bourgouin a beaucoup d'autres occupations. Des dizaines de documentaires à son actif. Des centaines d'heures d'interview avec les plus grands criminels. Dans les prisons du monde entier. Il traque les serial killers a posteriori. Les croque. Les démasque.

S'agit-il d'une obsession ?

SB : "Non, d'une exigence. Pour que le monde sache qu'il abrite ces monstres". Au départ - une tragédie. Il y a vingt ans , sa compagne mutilée et tuée par un serial killer. Il habitait en Californie à l'époque. Depuis, il a consacré sa vie à une minutieuse enquête. Pour comprendre les mécanismes de l'incompréhensible. Il a vu le meurtrier de sa femme en prison. Il lui a parlé. Condamné à la peine de mort, celui-ci va être exécuté bientôt. Cela fait 18 ans qu'il est en prison. A l'époque la peine capitale n'était pas appliquée en Californie. Mais Stéphane Bourgouin n'est ni pour ni contre la mise à mort de ces tueurs. Il milite pour qu'on restaure en France la perpétuité. "Ces gens-là ne peuvent pas changer. Leurs fantasmes meurtriers demeurent". Exemple à l'appui : un serial killer, tueur de petites filles purge sa peine de vingt ans incompressibles. Quand il sort de prison, c'est un homme de soixante ans. Cela ne l'empêche pas de récidiver...

Quel est le profil-type d'un serial killer ?

SB : "Ce sont des gens globalement assez intelligents, avec un QI supérieur à 100. Juste assez intelligents, parce qu'ils se font quand même prendre". D'après lui, pour quelqu'un d'un peu futé, il n'est pas difficile de passer entre les mailles de la justice. Mais il ne faut pas trop le dire. Dormez tranquilles...

Comment coincer un serial killer?

SB : "Les crimes, où l'assassin et la victime ne se connaissent pas ont peu d'espoir d'être résolus par une enquête traditionnelle. Le F.B.I. s'est donc vu obligé d'inventer de nouvelles méthodes qui mêlent la psychologie, l'intuition et la science.

Afin de mieux identifier un serial killer, il faut comprendre ses motivations internes, des fantasmes qui se traduisent, la plupart du temps, par un rituel élaboré lors de la mise à mort ou juste après. Et, pour pénétrer au coeur de ses fantasmes, il a fallu se mettre littéralement dans la peau des tueurs, les rencontrer pour les interroger longuement, non point dans une perspective psychiatrique, mais dans un but policier, afin de mieux pouvoir arrêter les serial killer du futur. Mieux connaître l'ennemi permet de le combattre avec une plus grande efficacité." Préface de L'Ogre de Santa Cruz, éd.Méréal, 1998.

Qui sont les profileurs ?

SB : "Ce sont des gens qui établissent le profil des tueurs en série. Qui étudient minutieusement la manière dont ils tuent, pour trouver leur signature. Comme Micky Pistorius de l'Afrique du Sud, une des très rares femmes dans ce métier et qui a coincé quarante serial killers." Non, Stéphane Bourgoin n'en est pas un. Mais les connait tous. Ils ne sont pas nombreux : à peine une vingtaine dans le monde entier. La France, d'ailleurs, n'en possède aucun. "Si, se reprend-t-il. Il y a un mois, un psychologue a été recruté par les forces de police. On va voir. Il y a des fous qui se présentent comme des profilers et qui proposent leurs services à la police. A Nancy, récemment un détraqué n'arrêtait pas de téléphoner à la police pour proposer sa collaboration. De même, aux Etats-Unis, une femme propose une formation de profiler sur internet, avec, au bout de cinq jours, un diplôme à la clef..."

Pour l'instant , il n'existe pas d'école pour former des profilers. Les vrais. Pas confondre avec les profilers de salons qui travaillent pour le F.B.I., ajoute Stéphane Bourgoin dédaigneux. Ils ne suivent même pas l'enquête sur le terrain. Mais travaillent uniquement d'après photos.

Quels sont vos projets ?

SB : "Une série de documentaires réalisés par des professionnels du cinéma. Il s'agira de suivre dans leur travail les profilers, les enquêteurs, qui s'occupent des tueurs en série. On commence en février par l'Afrique du Sud. On va rendre une petite visite à Micky Pistorius, qui est en ce moment sur une vingtaine d'affaires de ce genre. Puis on va faire une tournée en Ukraine, en Russie, au Mexique et aux Etats-Unis. Ces films, d'une durée de 26 minutes pour les uns, de 52 pour les autres, sortiront probablement sur un support vidéo."

Est-ce que les films comme Le Silence des agneaux sont un reflet fidèle de la réalité ?

SB (petit sourire en coin) : "Les conditions de détention dépeints dans le film n'ont rien à voir avec la réalité. La plupart du temps j'ai discuté avec ces tueurs assis autour d'une table, comme vous et moi en ce moment. Sans d'autres précautions. De plus, il n'existe pas de serial killer aussi intelligent que Lector. Du moins pas en prison. Ceux-là sont en liberté. Mais ça non plus, il ne faut pas le dire..."

Pourquoi ces gens-là acceptent-ils de vous prendre pour confesseur ?

SB : "Sûrement pas pour se donner bonne conscience. Pas plus pour se disculper. Ils ne regrettent jamais leurs actes. Peut-être qu'ils acceptent de me parler, parce que ça les distrait. Ils n'ont pas beaucoup de visites. Leurs familles ont fait une croix sur eux. Pour certains, j'étais leur premier visiteur depuis huit ans...Ils aiment aussi se faire plaisir en évoquant d'agréables souvenirs... Je dois me dédoubler quand je leur parle. Je ne les juge pas pendant le temps de l'interview. Ils cherchent à me manipuler, mais en définitive c'est moi qui les manipule. Je connais tout de leur dossier. Leur manière de tuer. Leurs préférences. Ils ne peuvent pas me raconter n'importe quoi."

Ce n'est pas trop difficile de vivre en cotoyant sans cesse de tels monstres ?

SB :"Quand j'ai fini d'écrire, quand je reviens d'une interview, je tourne le commutateur, je passe à autre chose. Je m'occupe de mon fils. On regarde ensemble des cassettes vidéo. C'est vrai, il s'agit souvent de films d'horreur" ajoute-t-il avec un petit sourire en coin...


Source: fluctuat.net
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://espritscriminels.forumactif.com
 
Interview de Stephane bourgoin(Spécialiste des tueurs en série)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gauri parle de SRK...interview de 2000
» Les enfants, ces diaboliques tueurs du cinéma!
» La petite Emission #8 : Interview de Simon Bisley
» Le Capitaine Dadis Camara (Interview dans sa chambre à coucher).
» Interview Jervis Johnson

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crimes et disparitions :: Compléments :: Articles-
Sauter vers: