Crimes et disparitions

Forum qui regroupe des informations sur les meurtres, tueurs en série, disparitions inquiétantes, ...
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Guy Georges

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
nathi
Admin


Messages : 56
Date d'inscription : 11/01/2009

MessageSujet: Guy Georges   Sam 17 Jan - 15:00



Portrait
Fils adultérin d'un soldat américain de passage en France (George Cartwright), Guy Rampillon nait le 15 octobre 1962 à Vitry-le-François. Il est rapidement abandonné par sa mère et est confié à la DDASS. Pour faciliter son adoption, on lui attribue le nom de Georges à l'âge de 6 ans. Le jeune Guy est placé chez la famille Morin où il révèle très tôt un caractère solitaire au sein d'une famille nombreuse (13 enfants adoptés). Très vite, son caractère violent et agressif apparaît. À 14 ans, il tente ainsi d'étrangler une de ses sœurs adoptives, Roselyne, handicapée mentale. À 16 ans, il récidive en agressant Christiane, une autre de ses sœurs adoptives. Dans les deux cas, il semble avoir agi par pulsion. Inquiète pour ses autres filles, Mme Morin obtient le renvoi de Guy Georges dans un foyer spécialisé de la DDASS.

Malgré un meilleur encadrement, le cas du jeune homme ne s'améliore pas. Le 6 février 1979, il agresse la jeune Pascale C. à sa descente de bus. Après une tentative de racket, il tente de l'étrangler mais la jeune fille parvient à s'échapper. Arrêté par la police, il est relâché une semaine plus tard. Totalement seul à sa sortie de prison, rejeté par sa famille d'accueil, il déprime et se met à boire. Un an plus tard, il rechute dans ses crises de folie et agresse successivement en mai 1980 Jocelyne S. puis Roselyne C. Pour cette dernière, l'agression est très violente puisque Georges poignarde sa victime à la joue. Arrêté de nouveau, il purge alors un an de prison à Angers.


Le tueur de l'Est parisien
À Paris, Georges vole et se prostitue pour vivre, ce qui a le don d'attiser encore plus sa haine contre la société. C'est en novembre 1981 qu'il sévit pour la première fois dans la capitale. Nathalie L., 18 ans, est ainsi agressée dans son immeuble alors qu'elle rentrait chez elle. Après avoir été violée, elle est poignardée et laissée pour morte par son agresseur. Blessée très gravement la jeune femme survit pourtant à l'agression. Georges n'est pas inquiété, l'enquête n'aboutissant pas.

Après un séjour en prison de 5 mois pour vol, c'est Violette K. qui est attaquée de la même manière par Guy Georges dans un parking souterrain du 16e arrondissement le 7 juin 1982 : il la viole, la poignarde et tente de l'étrangler. La jeune femme parvient à s'enfuir. Guy Georges est repris par la police quelques jours plus tard. Il est condamné à 18 mois de prison qu'il purge partiellement à Écouvres en Lorraine. Mais un soir où il obtient une permission de sortie pour bonne conduite, il agresse Pascale N. dans sa voiture : celle-ci est poignardée mais parvient à s'échapper. La police arrête Georges le soir même : il est défendu devant la Cour d'Assises de Meurthe-et-Moselle (Nancy) par Maître Jean-Pierre Morin qui obtient une peine de 10 ans d'emprisonnement au lieu des 15 requises par l'avocat général.

Bénéficiant d'un régime de semi-liberté (il doit seulement dormir en prison), il en profite pour ne pas se présenter, un soir, à la prison de Caen dont il dépend. Il s'enfuit alors à Paris et vit dans différents squats de l'est de la capitale. Nous sommes en janvier 1991 et Guy Georges va tuer pour la première fois. Dans la soirée du 24 au 25 janvier 1991, Guy Georges aperçoit dans la rue la jeune Pascale Escarfail, 19 ans. Il la suit, pénètre chez elle et la viole. La jeune femme se débattant, elle est frappée de 3 coups de couteau à la gorge. Une semaine plus tard, Georges rentre comme si de rien n'était à la prison de Caen. Aucune question ne lui est posée sur sa "virée" parisienne. Il est libéré le 4 avril 1992 et sévit de nouveau à Paris seulement 18 jours après sa sortie de prison. Il agresse ainsi la jeune Eléonore D. dans un hall d'immeuble mais une fois de plus sa victime s'échappe et prévient les forces de l'ordre qui l'arrêtent. Il est condamné à cinq ans de prison dont deux fermes.

Ressorti en 1993, il récidive et assassine Catherine Rocher (27 ans) dans un parking souterrain après l'avoir violée, le 7 janvier 1994. Guy Georges n'est pas inquiété. Six jours après ce crime, il agresse une animatrice radio, Annie L., sous le porche du logement où elle réside.

"Le tueur de l'Est parisien" (comme on commence alors à le surnommer) frappe de nouveau le 8 novembre 1994 en assassinant Elsa Benady (22 ans) dans le parking souterrain de sa résidence dans le 13e arrondissement. Un mois plus tard, l'architecte hollandaise Agnès Nijkamp (33 ans) est retrouvée égorgée à son domicile (dans le 11e arrondissement) par son compagnon. Elle a aussi été violée. C'est le 4e meurtre de Georges qui vit alors comme un marginal, errant de squat en squat, passant ses journées à boire et à voler dans les commerces.

Six mois plus tard, Elisabeth O. échappe de peu à une tentative de meurtre du tueur de l'Est parisien. Malheureusement pour l'avancée de l'enquête, elle décrit dans un portrait-robot son agresseur comme ressemblant à un maghrébin et non au métis qu'est Guy Georges. Du fait de cette erreur, l'enquête piétine. C'est alors Hélène Frinking, jeune fille de 27 ans est violée et tuée dans son appartement en juillet 1995 en rentrant d'une soirée. En 1995, l'affaire du "tueur de l'Est parisien" commence à faire la une des médias, les enquêteurs parvenant à faire le lien entre différents crimes. Mais ils ont alors peu de preuves : une trace de pied lors du crime d'Hélène Frinking, un portrait-robot très vague, et deux traces ADN du même auteur laissées sur deux scènes de crime.

Le 25 août 1995, Guy Georges est à deux doigts d'être démasqué après une agression manquée chez Mélanie B, dans le quartier du Marais. Reconnu et dénoncé à la police, il échappe de nouveau, inexplicablement, à ce que les faits qui lui sont reprochés soient regardés comme ayant une qualification sexuelle, et n'est donc pas confondu. Il a encore plus de chance lorsque sa photo est présentée à une de ses anciennes victimes, Elisabeth O., qui ne le reconnaît pas. La comparaison avec l'ADN suspect lui est donc évitée. Il est ainsi mis hors de cause, ce qui a pour effet de renforcer son sentiment d'invincibilité face aux autorités.

En septembre 1997, après une tentative de viol manquée contre Estelle F., c'est Magali Sirotti, étudiante de 19 ans, qui est violée puis poignardée dans son appartement. Leila.T est agressée dans son escalier le 28 octobre 1997, puis c'est Estelle Magd (25 ans) qui est retrouvée à son domicile, violée et égorgée le 16 novembre 1997. Ce sera la dernière victime du tueur que l'on surnomma également "La bête de la Bastille".

Après le meurtre d'Estelle, en cette fin d'année 1997, c'est la panique dans l'opinion : les enquêteurs sont définitivement parvenus à faire le lien entre les différents crimes, et l'existence d'un tueur en série dans la capitale est donc avérée. Conscient de l'enquête sans précédent qui est en train d'être menée (notamment une enquête scientifique inédite de comparaison d'ADN menée à l'échelle nationale), Georges quitte temporairement Paris. Il y revient cependant quelques mois plus tard. C'est à ce moment-la que l'enquête scientifique porte enfin ses fruits et qu'un laboratoire nantais parvient à identifier et à recouper les traces d'ADN laissées sur les scènes de crimes comme étant celui de Guy Georges, agresseur sexuel multi-récidiviste.

De nombreuses équipes de policiers sont alors mobilisées pour arrêter celui qui terrorise la France. Après une surveillance de tous les lieux que Georges a l'habitude de fréquenter, le psychopathe, malgré une ultime et retentissante nouvelle bavure (la presse annonce son identité sur les ondes le matin même du jour qui va être celui de son arrestation, alors qu'il est recherché par toutes les polices et ne sait pas qu'il a été identifié), est interpellé en douceur non loin du métro (Métro Blanche) dans le 9e arrondissement de Paris, le 26 mars 1998, alors qu'il s'attardait dans le rayon parapharmacie d'un Monoprix. Pisté par des inspecteurs en civil, il a été rapidement neutralisé.

En décembre 2000, quelques semaines avant son procès, Guy Georges tente de s'évader en compagnie de 3 autres détenus en sciant les barreaux de sa cellule. Ils seront repris de justesse par leurs geôliers.

Lors de son procès qui débute le 19 mars 2001, il commence par nier tous les meurtres, puis finit par avouer. Il est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité avec une période de sûreté de 22 ans.

Après cette affaire, Élisabeth Guigou, Ministre de la Justice obtient la mise en place d'un fichier regroupant les empreintes génétiques des déséquilibrés sexuels et personnes liées à des affaires de mœurs. En effet, Guy Georges aurait sans doute pu être mis hors d'état de nuire beaucoup plus tôt (vraisemblablement dès le 5e meurtre) si, sans parler des incroyables concours de circonstances dont il a bénéficié, ce fichier avait existé lors de l'enquête.


Les victimes de Guy Georges
Roselyne D. et Christiane D. ses sœurs adoptives agressées en 1976 et 1978.
Pascale C. agressée en février 1979.
Jocelyne S. agressée en mai 1980.
Roselyne C. agressée en mai 1980.
Nathalie C. violée et laissée pour morte le 16 novembre 1981.
Violette K. violée en juin 1982.
Pascale N. violée en février 1984.
Pascale Escarfail, violée et assassinée le 24 janvier 1991.
Eleonore D. agressée le 22 avril 1992.
Catherine Rocher, violée et assassinée le 7 janvier 1994.
Annie L. violée en janvier 1994.
Elsa Benady, violée et assassinée le 8 novembre 1994.
Agnès Nijkamp, violée et assassinée le 10 décembre 1994.
Elisabeth O. agressée en juin 1995.
Hélène Frinking, violée et assassinée le 8 juillet 1995.
Mélanie B. agressée en août 1995.
Magalie Sirotti, violée et assassinée le 23 septembre 1997.
Leila.T agressée en octobre 1997.
Estelle Magd, violée et assassinée le 16 novembre 1997.

Source: wikipedia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://espritscriminels.forumactif.com
 
Guy Georges
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vivre à Bussy-Saint-Georges
» Georges Bayard / Michel
» GEORGES CHAULET A LA RADIO
» Georges Bayard et "Michel"
» Georges G. Toudouze

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crimes et disparitions :: Tueurs en série en général :: Tueurs en série en Europe-
Sauter vers: